Rubrique Infos ...

➢   Comment choisir son chat?

Vous avez fixé votre choix sur un chat de race, reste à trouver un chaton conforme à vos désirs.

La méthode "coup de cœur" est toujours envisageable si vous n'avez pas une idée bien arrêtée du chaton idéal. Il est cependant préférable de faire un choix raisonné. Dans tous les cas, même si vous cherchez un chat plus sophistiqué, celui qui représente à vos yeux le nec plus ultra de la race, il ne faut pas perdre de vue que ce sont le comportement et la santé qui priment.

À faire :

- Se déplacer pour choisir le bon élevage
- Voir les chats de l'élevage et les conditions de vie
- Voir en premier lieu : santé et comportement de la portée
- Ensuite : caractère et morphologie du chaton

À ne pas faire :

- Choisir en aveugle
- Acheter sans parler avec l'éleveur
- Acheter "par correspondance" ou "par procuration"
- Aller au plus près ou au plus rapide
- Acheter sur un coup de tête
- Se précipiter sur le vendeur le plus proche par refus de se déplacer loin de chez soi
- Prendre le premier chaton disponible, même s'il ne correspond pas à ses désirs
- Se laisser aller à la sensiblerie
- Prendre le chaton le plus chétif
- Prendre un chaton manifestement malade
- Tarder avant de présenter le chaton au vétérinaire


Le choix d'un élevage et d'un éleveur sérieux

Les conditions dans lesquelles le chaton a été élevé conditionnent grandement son comportement futur, sans parler de son état de santé immédiat ! Il faut donc fixer son choix sur un élevage sérieux. Pour cela, une visite sur place s'impose. Elle permet de voir les conditions d'élevage et d'observer le comportement et l'état général de la plupart des chats de la maisonnée.

L'opportunité de voir toute la famille de votre futur chaton

Lors de votre visite de l'élevage (qui peut tout aussi bien être l'appartement de votre voisin qu'un local spécifique), l'éleveur vous montrera volontiers les parents du chaton. Comme souvent le père n'est pas sur place, vous le verrez certainement en photo car l'éleveur est en général très fier de l'étalon qu'il a choisi pour sa chatte.

L'éleveur résiste rarement au plaisir de vous présenter tous ses chats qu'il considère comme son oeuvre. Par contre, vous ne verrez pas les chattes avec des nouveau-nés, pour des questions d'hygiène. Dans tous les cas, l'éleveur sérieux ne se formalisera pas si vous demandez à voir les adultes de l'élevage. Posez lui des questions, il se fera un plaisir d'y répondre tant que la visite ne tourne pas à l'inquisition ! D'ailleurs, de son côté, l'éleveur va aussi vous poser tout un ensemble de questions.


L'occasion de constater comment sont élevés les chatons

Regardez les locaux : il peut s'agir d'un local spécialisé pour l'élevage, ou d'un appartement mais dans tous les cas, ils doivent permettre au chaton de "s'épanouir".

Les chats vivent-ils en compagnie d'humains, sont-ils en nombre raisonnable (sans surpopulation), les lieux sont-ils propres, bien éclairés, peut-on y rester sans se pincer le nez, respirent-ils la propreté ?

Les chatons sont-ils habitués au contact des hommes, sont-ils bien socialisés ?


Le choix du chaton de ses rêves

Deux éléments principaux et d'égale importance doivent dicter votre choix, chat de race ou pas d'ailleurs :

L'état de santé : prendre un chaton malade en voulant faire une bonne action ou en pensant le soigner rapidement est un mauvais calcul. Cela peut vous coûter cher pendant des mois ou des années, vous risquez même de perdre le chaton.
Le comportement : un chaton présentant des troubles du comportement n'est pas toujours "récupérable" et vous risquez d'aller de déception en déception.

Puis le caractère et la morphologie, en fonction de vos attentes personnelles cette fois !


Première impression générale : un chaton en forme

L'état de santé apparent

Pas besoin d'être vétérinaire pour voir si le chaton a le nez qui coule, les yeux qui larmoient, les fesses souillées par la diarrhée, un abdomen ballonné ou une maigreur excessive.

Un chaton chétif est certes attendrissant, mais on ne doit pas choisir un chat par pitié : il vaut mieux réfléchir avant que se plaindre après... Autant prendre un chaton tonique, au poil brillant, aux oreilles nettes, aux yeux et nez propres, etc.

L'éleveur sérieux ne vous vendra pas un chat malade, il préfèrera le soigner lui-même et ne vous le confier qu'après guérison.
Dans tous les cas, il est conseillé de montrer son chaton au vétérinaire le plus vite possible. La plupart des éleveurs vous conseillent d'ailleurs cette visite : c'est aussi pour eux une assurance. En effet, le chaton ainsi examiné dans les jours suivants son arrivée chez vous, verra en quelque sorte son état de bonne santé confirmé.

Dans la plupart des cas, c'est une simple formalité, qui vous permet de faire plus ample connaissance avec son futur "pédiatre", dans un contexte détendu. Le praticien vous donnera également des conseils médicaux.

Au pire, cela permet de détecter rapidement une maladie et de traiter précocement ou de dépister une maladie visée par la loi sur les vices rédhibitoires, une anomalie congénitale ou comportementale grave et de faire jouer les garanties avant de vous être attaché au chaton.

Le comportement général

Observez bien le comportement de la portée : tous les chatons doivent être vifs, joueurs, actifs. Les chatons doivent être curieux de tout, ne doivent pas avoir peur durablement, vous devez pouvoir les toucher.

Bien sûr, si vous faites de grands gestes, saisissez brusquement un chaton ou si vous êtes exagérément bruyant, tous les chatons, même les plus téméraires, vont aller se cacher ou risquent de vous griffer. Mesurez vos gestes, prenez votre temps, les chatons seront plus vite à l'aise en votre présence.

Choisissez de préférence un chaton qui se laisse manipuler et prendre dans les bras. Néanmoins, certains chatons initialement timides font aussi d'excellents compagnons. Il leur faut juste davantage de temps pour s'habituer à la nouveauté.



➢   Un chaton conforme à vos désirs, les termes à connaître !

Il faut d'abord s'entendre sur les termes :

Chaton de compagnie

- Pour tout un chacun, c'est un compagnon, un chat destiné à participer à la vie de famille, généralement castré.

- Pour l'amateur "éclairé", c'est un chat parfaitement conforme au standard, digne des plus hautes distinctions en exposition, mais qui doit avant tout être de commerce agréable.

- Du point de vue de l'éleveur, chaton de compagnie signifie le plus souvent chaton qui s'écarte un peu trop du standard pour pouvoir faire une brillante carrière en exposition, ou chaton qui présente un défaut majeur même s'il est splendide par ailleurs (exemple : nez un peu trop long). Dans son esprit, un tel chat doit être castré afin de ne pas reproduire et de préserver les qualités de la race, et il ne souhaite pas le voir sortir en exposition.


Chaton d'élevage

- Pour le particulier, c'est un chat destiné à faire des petits.

- Pour l'éleveur, c'est un bon chat, sans défaut majeur, avec un "bon pedigree", susceptible de donner naissance à une jolie descendance.


Chaton d'expo

- Pour le particulier, c'est un chaton qui va faire bonne figure en exposition et ramener des cocardes à la maison.

- Pour l'éleveur, c'est un chaton qui a des chances de devenir un chat capable de "faire ses titres" jusqu'au bout, c'est-à-dire sans défaut éliminatoire et avec suffisamment de qualités pour bien représenter sa race et parfois faire quelques best. Bien entendu, il s'agit là d'un pari sur l'avenir. Un chaton prometteur à 3 mois ne tient pas toujours ses promesses et devient parfois un adulte moyen. Il est fréquent et normal qu'un éleveur ne soit pas catégorique quant à l'évolution de ses chatons, même s'il connaît bien ses lignées.


Top show

- Pour le particulier, c'est LE champion.

- Pour l'éleveur, c'est un chat d'exception, celui que l'on espère à chaque portée, celui aussi que tout le monde envie. Bref, la "merveille", la "bête de podium", un chat qui n'a pas de prix. Quand on le tient, on  le garde pour soi ou on le confie à quelqu'un qui le mérite. On devine parfois (même souvent) ces chats à la naissance, mais on n'est sûr de leurs qualités qu'à l'âge adulte.


Alors, quel avenir destinez-vous à ce chaton ?

- Être uniquement un chat de compagnie, au sens noble
- Faire des petits et perpétuer sa race ? (Attention, l'élevage ne s'improvise pas et, par ailleurs, la législation est de plus en plus stricte)
- Participer à des concours ? (C'est un loisir qui demande du temps et de l'argent)

Pour choisir un chaton de compagnie

Pour la morphologie et la couleur, vous pouvez vous fier à vos propres critères puisque le chat doit vous plaire à vous en priorité, indépendamment du goût des juges. L'achat d'un chat de race vous garantit d'avoir un chaton globalement conforme au standard, même s'il y fait parfois quelques entorses !
Concernant le caractère du chaton, l'éleveur est souvent de bon conseil.

Pour choisir un chaton d'expo (ou d'élevage)

Il faut connaître le standard, savoir le lire, et avoir une idée précise de ce qu'on veut : le standard laisse à chacun une certaine latitude d'interprétation. Un "chat d'expo" ne s'achète pas sur catalogue, ce n'est pas un produit manufacturé.

Il n'y a rien de plus énervant pour un éleveur que de se voir demander "un chat d'expo s'il vous plaît" par une personne qui n'a qu'une vague idée de la race et veut seulement "se payer le haut de gamme" sans avoir la "culture" qui lui permettrait d'apprécier pleinement l'œuvre d'art qu'elle aurait achetée.



➢   Élevage Familial, ça veut dire quoi ?

Dans notre élevage familial, les chatons grandissent dès leur naissance dans un environnement qui sera le leur chez leurs futurs acquéreurs. Cela favorise une excellente socialisation et un parfait épanouissement (à comparer avec le chaton qui grandit dans une structure spécifique, en box, sera manipulé 30 minutes par jour, n'entendra jamais le son d'un téléviseur ou d'un appareil ménager, et quittera sa fratrie à 8 semaines, lorsque sa socialisation nécessiterait 4 semaines supplémentaires auprès de sa mère et de sa fratrie). Les chatons élevés chez nous partent à partir de l'âge de 3 mois. Ils sont non seulement parfaitement socialisés mais, en plus, complètement vaccinés (primo-vaccination à 2 mois + rappel à 3 mois).

Notre élevage n'est pas professionnalisé. C'est-à-dire que nous ne vivons pas de cette activité. Il s'agit pour nous d'un loisir, exercé uniquement par passion, amour des chats et tout particulièrement d'une race féline à laquelle nous nous consacrons. Nous avons tous deux une activité professionnelle autre, qui nous permet de vivre et d'assumer l'entretien de notre chatterie (vétérinaire, nourriture, expos, acquisition des reproducteurs). Car c'est une passion coûteuse.

Nos chats vivent avec nous dans notre habitation, en liberté (à l'exception parfois des étalons qu'il faut isoler un minimum lors de certaines périodes, pour éviter les saillies accidentelles). Les chats vivent donc en famille, s'y épanouissent, sont choyés. Leurs chatons sont élevés de la même manière et nous choisissons soigneusement leurs futures familles. Nous ne poussons pas à la vente (nous en refusons même au besoin), l'élevage n'étant pas notre gagne pain.

L'élevage félin familial est à la portée d'un grand nombre de gens, et il est tentant, lorsqu'on possède une chatte de race, de vouloir lui faire faire des chatons, pour le plaisir du pouponnage.

Si c'était aussi simple...

Tout d'abord, il ne faut pas perdre de vue qu'un chat est un être vivant, et il ne faut donc pas jouer avec sa santé. La reproduction féline ne s'improvise pas et les erreurs arrivent très vite. Or, le problème, c'est que les erreurs humaines sont payées par les chats, qui en sont les premières victimes...



➢   Comment devient-on vraiment éleveur ?

La première motivation est l'amour et l'attirance très forte qui se transforment en passion, qui nous poussent vers une race féline en particulier. Pourquoi cette race plutôt qu'une autre, ça ne se discute pas. On commence souvent par avoir acheté un chat de race pour la compagnie. Rapidement, on se met à dévorer tout ce qui a trait à cette race, et l'on découvre que l'on a envie d'aller plus loin.

C'est là que les choses se compliquent. Souvent le chat acheté à l'origine est de compagnie. C'est-à-dire qu'il ne possède pas suffisamment de qualités morphologiques exigées par le standard de la race qu'il pourrait transmettre à ses chatons. Cela n'en fait pas un chat laid pour autant, bien au contraire, et nul n'irait le confondre avec un chat de gouttière. Seulement voilà, si l'on veut faire naître des chatons de race, il y a une règle à respecter : la conformité au standard. Il faut donc faire de l'élevage avec des chats de qualité « reproduction » ou « exposition ».

Le chat de race parfait (c'est-à-dire conforme en tout point à son standard) est très rare. L'objectif, le challenge pour l'éleveur, est de faire naître un jour ce chat parfait. Pour cela, il va faire naître des chatons dans le cadre d'un programme d'élevage judicieux, non dans l'objectif d'en faire un commerce en les vendant, mais dans celui de créer ses propres lignées, en gardant les plus beaux chatons de ses portées, chatons qu'il fera ensuite reproduire, dans le cadre de mariages sélectionnés, dans l'objectif d'obtenir, un jour, le chat parfait dans la race qu'il élève, issu de son travail et de ses efforts.
Cela n'arrive pas du jour au lendemain, cela peut même ne jamais arriver. On désigne cet objectif par « amélioration de race ».

L'éleveur doit tendre vers la perfection car il n'est pas un marchand de chats ou un simple « naisseur ».

L'amélioration de la race vise à faire naître non seulement des chatons conformes à leur standard, mais également et surtout en bonne santé et sans tares génétiques (il existe, comme chez les humains, des maladies génétiques, qu'il faut éliminer) et aussi, parfaitement équilibrés (le chat de race ne doit jamais être agressif !).



➢   L'élevage, ça coûte cher ?

Et bien oui ! Espérer en vivre est illusoire. Penser faire des bénéfices l'est presque autant.

L'achat des reproducteurs est coûteux. Un beau chinchilla pour la reproduction, coûte au minimum 1000 euros. Certains persans importés des USA ont coûté à leur propriétaire parfois 3000 dollars !

Trouver un beau reproducteur nécessite du temps. On n'achète pas au hasard. Il faut connaître le standard, et souvent, convaincre l'éleveur de vous faire confiance. On peut chercher et négocier l'acquisition de ses premiers chats pendant des mois ! Parfois en anglais (si l'on pense avoir trouvé son bonheur à l'étranger) et il faudra ajouter le coût des transports.

Il y a ensuite la nourriture. Un persan par exemple consomme environ 800 grammes de croquettes par semaine... cela donne une petite idée du budget croquettes...

Il y a aussi les expos, qui permettent de prendre des contacts avec d'autres éleveurs, de montrer ses chats au public, d'avoir parfois l'avis du juge (utile pour un débutant), qui peuvent constituer un nouveau pôle de dépenses assez élevé.

Les chats qui vivent en communauté ont plus souvent des petits problèmes vétérinaires que les chats qui vivent seuls, ce qui  nécessite des soins qui ne sont pas gratuits. L'éleveur est obligé de réagir très vite, donc, coûts vétérinaires qui peuvent grimper vite.

Le 2ème gros pôle de dépenses, après l'achat des reproducteurs, est l'élevage des chatons, la préparation de leur arrivée, ...

Lorsqu'une naissance est prévue, on doit faire des provisions de lait maternisé et de colostrum, de compresses, d'alèses, de désinfectants, ... Il faut acheter une nourriture spécifique pour la mère et les chatons au sevrage (plus onéreuse).

Si la mise bas se déroule mal, il faudra payer la césarienne (qui est une opération coûteuse). Quand les chatons commencent à aller à la litière et manger des croquettes, le budget litière et croquettes explose. Et il n'est pas rare que les chatons tombent malades. Un courant d'air et ils s'enrhument, et ne parlons pas des diarrhées, fréquentes au sevrage.

Ensuite, il faudra vacciner et vermifuger les chatons, et les identifier par puce. Certains éleveurs stérilisent les chatons vendus en compagnie (à rajouter au coût des vaccins et de l'identification).... Et tant qu'ils ne sont pas vendus, ils restent à la charge de l'éleveur et occasionnent des dépenses.

Si l'on additionne donc l'achat des reproducteurs, l'entretien et les soins vétérinaires des adultes et des chatons, l'achat de matériel d'élevage, les frais pour les expositions, ... le bénéfice sera maigre, et nul s'il survient un problème vétérinaire.

Quand (maigre) bénéfice il y a, le tout sera complètement englouti dans l'achat de nouveaux reproducteurs, de nourriture, de nouveau matériel, de jeux, arbres à chats, ... Heureux sont les éleveurs dont la chatterie s'auto finance. La plupart du temps, il est nécessaire de piocher dans le budget du foyer (d'où la nécessité d'avoir un travail rémunéré à côté).

L'élevage familial félin est donc une passion ouverte à tous pour peu qu'on ne se lance pas dans cette activité sans préparation, sans avoir pris soin d'acquérir des connaissances félinotechniques, d'avoir effectué des recherches sur les lignées de la race que l'on souhaite élever, et d'en connaître le standard pour établir un programme d'élevage et définir des objectifs, avec impérativement pour premier objectif, l'intérêt de la race, indissociable du respect et du bien-être de ses chats.

L'élevage familial félin est donc une activité qui se pratique avec passion, à titre amateur, à but non lucratif, mais avec professionnalisme.



➢   La socialisation du chaton
      Ou pourquoi on ne laisse pas partir un chaton avant ses 3 mois


Et oui, si les éleveurs sérieux gardent leurs chatons au moins 3 mois ce n'est pas pour rien !
Encore l'autre jour j'ai eu une personne au téléphone qui s'offusquait de ne pas pouvoir avoir un chaton de moins de 3 mois de chez moi.

Et celle-ci d'ajouter "ha non, je préfère prendre un chaton de 7 semaines !  Comme ça il s'habituera plus vite à moi et sera plus câlin".

Et oui, grosse idée reçue que de croire cela !  Que du contraire, un chaton qui quitte trop tôt sa mère féline n'en sera que plus difficile plus tard !

Comme pour le chien, la période de socialisation est capitale pour le comportement futur du chaton. Pendant les premières semaines de sa vie, il va recevoir des informations qui conditionneront son comportement. La socialisation doit être intraspécifique, c'est-à-dire entre animaux de son espèce et interspécifique, c'est-à-dire avec d'autres espèces comme l'homme ou le chien.

La socialisation débute vers la 2è semaine du chaton et se poursuit jusqu'à l'âge de 12 semaines. Une fois né, le contact avec la mère est très important dans le développement du chaton, afin de lui assurer une bonne stabilité émotionnelle. De plus, au cours des premières semaines, la mère a aussi un rôle d'apprentissage car le chaton apprend par imitation.

Plus le chaton fera d'expériences pendant sa période de socialisation, plus il saura moduler ses comportements. Il est donc important qu'un chaton reste auprès de sa mère et ses frères et sœurs pendant toute la période de socialisation, à savoir au moins 3 mois.

Le jeu est un élément essentiel de la socialisation, en effet, le chaton apprend au cours des jeux avec sa famille à moduler sa morsure et à rentrer ses griffes. Si un chaton n'apprend pas que mordre fait mal (en étant lui-même mordu par ses congénères) alors il risque de mordre fortement les humains dans ses jeux plus tard. Le jeu est un élément important du développement de ses neurones et de ses muscles. Le chaton doit avoir de nombreuses stimulations sensorielles, pour ne pas avoir peur plus tard des situations nouvelles.

En revanche un chat qui aura été privé de sa mère et de ses frères et sœurs pendant cette période aura de fortes chances de présenter des troubles du comportement. Il se vexera rapidement et aura moins de capacité d'apprentissage qu'un chaton qui a participé à plusieurs jeux de socialisation. Les problèmes liés à une mauvaise socialisation sont importants : cela peut aller de la peur, de la phobie, à l'agressivité. Une fois arrivé chez vous, continuez la socialisation de votre chaton en lui présentant les personnes de votre entourage, et les autres animaux, afin qu'il apprenne à les connaître et n'en ait plus peur. Jouez souvent avec votre chaton afin de renforcer cette socialisation et les liens qui vous unissent.

Évitez d'utiliser vos mains, vos doigts, vos pieds ou vos vêtements. Il ne ferait plus la différence une fois adulte entre vos mains et une proie potentielle. Stimulez-le plutôt avec de nombreux jouets. L'exploration fait partie du processus d'apprentissage du chaton. Si votre chaton commence à explorer un territoire que vous voulez lui interdire, dites-lui un « non » ferme. Vous pouvez aussi attirer son attention en l'invitant à jouer avec un de ses jouets préférés.

Avoir un chaton bien socialisé vous permettra de l'éduquer correctement et d'avoir des relations agréables avec un chat bien dans sa tête !
Alors ayez un peu de patience les trois premiers mois pour son bien et le vôtre et vous aurez le compagnon le plus agréable et gentil qui soit.



➢   Bien accueillir son chaton chez soi

Avant l'arrivée

Lorsque vous allez réserver votre chaton, apporter un linge, un tissu, pour qu'il s'imprègne de l'odeur de la portée. Vous pourrez le placer dans son panier pour qu'il se sente rassuré.
Prenez votre chaton en début de week-end pour avoir le temps de vous en occuper et qu'il s'habitue à vous.
Demander à la personne qui vous le confie la litière et la nourriture à laquelle il est habitué afin de continuer de même.
Préparez le matériel (caisse avec litière, gamelles d'eau et de nourriture, ...).
Mettez hors de portée tout ce qui pourrait être dangereux (fils électriques, ...).

Installation

La litière doit se trouver dans un endroit calme, peu fréquenté et éloigné de l'endroit où le chat dort et de l'endroit où il mange.

Une fois le chat arrivé à la maison évitez les cris et laissez-le tranquille même si vous n'avez qu'une envie : ne plus le quitter et lui faire plein de caresses. Laissez-le découvrir le nouvel environnement par lui-même. Montrez-lui sa litière et son eau. Attendez quelques heures avant de le nourrir. Les premiers jours, si vous avez une grande maison, limitez son espace à une ou deux pièces et agrandissez-le progressivement pour qu'il ne se sente pas perdu dans un trop grand espace.

L'habituer aux enfants

Vos enfants doivent apprendre que le chat n'est pas un jouet, qu'il a besoin de moment de tranquillité. Ils doivent être patients et ne pas l'approcher tous en même tant. Montrez-leur comment le tenir pour ne pas lui faire mal, ... Le chat a besoin de calme. S'il est toute la journée entouré d'enfants bruyants et turbulents, il peut devenir peureux et nerveux. Expliquez à vos enfants le développement et les besoins du chat. Cela peut être une expérience très enrichissante.

Présentation aux autres animaux

Il est important de faire les présentations assez rapidement car les autres animaux feront partie de son environnement. S'il ne montre pas d'intérêts pour vos rongeurs ou vos oiseaux, ce n'est pas la peine de les présenter car une cohabitation à long terme est souvent difficile même s'il existe de très belles histoires d'amours entre différentes espèces. Le chat garde son instinct de chasseur alors mieux vaut les mettre hors de portée du chat ou dans une pièce différente. Pour ce qui est des chiens et des autres chats, la présentation doit se faire en douceur et toujours sous contrôle. Présentez-les sur un terrain neutre par exemple loin de l'endroit où le chien mange ou l'endroit où l'ancien chat dort. Ne les forcez pas. Ne délaissez pas vos anciens animaux au profit du nouveau, ils pourraient se montrer jaloux et se venger sur le petit nouveau.

Présentation à un chien

1. Assurez-vous que le chien a fait une bonne promenade, qu'il est calme et a bien  mangé, ... Conservez, vous aussi, votre calme.

2. Une personne tient le chien par son collier et une autre a le chat sur ses genoux.

3. Si le chien est calme, récompensez-le et laissez-le renifler le chat. Si le chat panique, recommencez le lendemain. Recommencez plusieurs fois pour qu'ils s'habituent.

4. Vous pouvez ensuite lâcher le chaton tout en tenant le chien. Vous pouvez tenir le chien en laisse pour plus de sûreté. Ne les laissez jamais seuls durant les premières semaines.



➢   10 conseils pour bien soigner son chaton

Ces conseils pratiques vous expliquent ce qu'il faut savoir, faire ou ne pas faire, avant d'accueillir votre nouveau compagnon dans votre foyer !

Certaines personnes sont maîtres de leur chat, tandis que d'autres se font mener par le bout du nez par le leur ! Dans tous les cas, en revanche, les amoureux des chats sont tous d'accord sur le fait qu'accueillir un chaton ou un chat chez soi est une aventure extraordinaire ! Pour en profiter au mieux, commencez par apprendre les quelques principes élémentaires ci-dessous quant aux soins à donner à votre chaton.

Voici comment faire...

La transition vers une nouvelle maison peut se révéler troublante, voire effrayante pour votre chaton, assurez-vous donc qu'il se sente aimé et protégé. Ces quelques astuces peuvent vous aider à calmer l'excitation des premiers jours :

1. Si vous avez choisi un chat de race, assurez-vous de vous tourner vers un élevage et un éleveur sérieux (voir "comment bien choisir son chat ?")

2. Choisissez de la nourriture de première qualité. Une alimentation de qualité est essentielle à une bonne santé. Assurez une vie longue et saine à votre nouveau chat en le nourrissant avec des aliments de qualité conçus spécialement pour ses besoins.  Le meilleur pour lui est de continuer à donner la même marque que l'éleveur d'où provient le chaton.

3. Préparez-vous à l'accueillir. Anticipez l'arrivée de votre nouveau compagnon à la maison en achetant toute la nourriture et le matériel nécessaires à ses besoins. Les éléments de base doivent inclure des écuelles peu profondes, un bac à litière et de la litière de qualité, une brosse, un peigne métallique, un gant de toilette, un coupe-ongles, un lit, un grattoir et des jouets.

4. Protégez votre chaton des dangers de la maison. Les chats sont des explorateurs de nature, assurez-vous donc d'écarter tout danger présent dans ses nouveaux quartiers. Veillez à ce que les plantes, surtout les philodendrons et les scopulicolas qui sont très toxiques, restent hors de sa portée. Ne lui laissez pas non plus la possibilité de s'approcher des médicaments, des ficelles, des produits ménagers ou de l'eau de la baignoire et des toilettes.

5. Présentez-lui votre famille petit à petit. Votre nouveau chaton doit, si possible, rencontrer les membres de votre famille l'un après l'autre. Si votre chat a l'air effrayé au premier abord, laissez-le dans une seule et même pièce pendant ses premiers jours d'acclimatation.

6. Consultez régulièrement votre vétérinaire.  Les bilans annuels sont essentiels au bien-être des chats.

7. Toilettez souvent votre chaton. Commencez le toilettage de votre chaton très tôt, de préférence dès son premier jour chez vous afin qu'il s'habitue à être entre vos mains et qu'il garde un aspect et une condition optimum.   Brossez et peignez son pelage régulièrement de façon à surveiller l'éventuelle apparition de nœuds et de boules de poils.   Essuyez ses yeux et l'intérieur de ses oreilles avec un linge humide ou un morceau de coton quand cela est nécessaire et pour surveiller des sécrétions excessives qui seraient symptomatiques d'une maladie.

8. Jouez avec lui tous les jours. Une vie active incluant de l'exercice physique au quotidien, du jeu par exemple, aide votre chat à rester svelte et en bonne santé. Faites le courir après des balles, des souris en peluche et des boulettes de papier que vous lancez, ou suspendez des jouets devant lui pour l'occuper.

9. Lavez votre chaton. Un bain de temps en temps aide votre chat à sentir toujours bon et réduit le risque de desquamation, permettant ainsi de diminuer les réactions allergiques. Assurez-vous d'utiliser un shampooing pour chats et de le rincer abondamment, car un résidu de shampooing fera mousser son pelage lorsqu'il se léchera.

10. Ne lui donnez jamais de nourriture destinée aux hommes. Évitez de donner ce que vous mangez à votre chaton, notamment du lait de vache et du chocolat qui peuvent provoquer des troubles intestinaux et de graves maladies. Il se peut aussi que le fait d'ajouter des gâteries pour les hommes à son alimentation quotidienne entraîne une prise de poids excessive.

Maintenant que vous connaissez les règles élémentaires, vous voilà prêt à accueillir ce nouveau membre dans votre routine familiale.



➢   Le ronronnement : un langage félin aux propriétés bénéfiques

Parmi les multiples sources de plaisirs que nous procure la compagnie d'un petit félin domestique, on trouve son aptitude à ronronner. Ce langage si particulier qu'utilisent les chats est en effet connu pour avoir, sur nous humains, un effet apaisant.

Origine mystérieuse d'un bruit bien connu

Bien avant qu'il ne sache marcher, voir et entendre, le chaton est capable de ronronner. En effet, dès le deuxième jour suivant sa naissance, il utilise ce moyen de communication afin de converser avec sa mère. Celle-ci ronronne à son tour pour lui signifier qu'il est en sécurité. Pendant le reste de sa vie, le chat continue de ronronner dans des situations très diverses. L'origine de ce bruit si particulier et propre aux félins demeure mystérieuse, malgré les diverses recherches menées pour l'élucider. Si des vibrations du larynx ou du diaphragme provoquant un déplacement d'air dans les voies respiratoires ont été évoquées, une hypothèse plus récente consiste à dire que le ronronnement serait provoqué par un mouvement turbulent du sang. En effet, la veine cave est un gros vaisseau acheminant le sang vers le cœur.

Il semblerait que certaines situations émotionnelles induisent des mouvements turbulents du sang dans ce gros vaisseau qui, par ailleurs, ne possède pas un diamètre constant sur toute sa longueur, ceci amplifiant le phénomène de turbulence. Ce mouvement particulier du sang se répercuterait dans tout l'organisme du chat sous la forme de vibrations. Le ronronnement proviendrait alors de ces vibrations amplifiées au niveau des voies respiratoires et des sinus du chat.

Le ronronnement : un témoin du plaisir mais aussi du stress !

Les chatons ronronnent pour communiquer leur bien-être à leur mère ainsi que le bon déroulement de leur tétée. Ils sont à leur tour informés qu'ils sont en sécurité lorsqu'elle adopte le même comportement. Lorsqu'il grandit, le chat continue à ronronner afin d'exprimer des émotions très diverses à ses congénères mais aussi à ses propriétaires. Ainsi, il ronronne dans des situations de bien-être et d'apaisement ou lorsqu'il déguste un bon repas. À l'inverse, les félins ronronnent aussi lorsqu'ils ont peur, lorsqu'ils souffrent ou parfois lors de leur agonie. Bien que la raison de ce ronronnement « de stress » soit inconnue, une interprétation de ce comportement pourrait être le besoin de s'auto-rassurer dans une situation de stress intense. Enfin, le ronronnement ferait également partie d'une attitude de soumission afin de désamorcer un conflit ou d'exprimer un état d'esprit pacifique.

Une boule de poil qui ronronne pour combattre le stress

D'après certaines études, il semblerait que le ronronnement du chat soit bénéfique pour sa santé. Ceci serait vrai notamment au niveau des os, car les ondes de basse fréquence produites par les vibrations seraient capables de favoriser les guérisons lors de fractures par exemple. Pour nous également, le ronronnement de notre petite boule de poil lovée dans nos bras exerce un effet apaisant et permet de se relaxer et de se détendre devant cette expression originale du bien-être.



➢   Le chat, un rêveur assoiffé de sommeil

Le chat est un inconditionnel de la sieste : quand il ne chasse pas ou ne se lave pas, il dort !
De plus, c'est l'animal qui possède la plus grande part de sommeil paradoxal durant laquelle il rêve certainement de chasse, de jeux et câlins avec ses maîtres adorés !

Un dormeur assidu

16 heures : c'est en moyenne la durée consacrée au sommeil par nos chats au cours d'une journée ! En comparaison, nous, humains, dormons en moyenne 7 à 8 heures par jour et même les plus avides de sommeil ne passent que 9 à 10 heures par jour dans les bras de Morphée ! De plus, si nous concentrons en général nos heures de sommeil pendant la nuit, le chat étale normalement ses périodes de repos en dormant ou somnolant pendant plusieurs périodes du jour et de la nuit. Néanmoins, lorsqu'il vit à nos côtés, il s'adapte à notre mode de vie et dort beaucoup plus la nuit que le jour. En outre, parmi la population féline, les animaux ayant le plus besoin de dormir sont les chatons et les chats seniors. Enfin, à l'instar des nombreuses heures pendant lesquelles il se repose, le chat possède également tout un panel de positions lors de son sommeil : roulé en boule, installé en sphinx ou étendu de tout son long, il adopte préférentiellement l'une ou l'autre position en fonction notamment de la température extérieure ou de la nature de son sommeil. Un sommeil profond accompagné d'un relâchement musculaire intense se traduira en général par une position étendue sur le côté alors que lors d'une petite sieste, le chat se tiendra volontiers en sphinx.

Rêves de chats...

Avez-vous déjà observé votre petit félin pendant son sommeil ? Si oui, vous avez certainement assisté à une phase de sommeil pendant laquelle ses oreilles et ses moustaches bougent rapidement ou encore le bout de ses pattes ou de sa queue ont des petits sursauts. Cette phase du sommeil appelée « sommeil paradoxal » est vraisemblablement la période pendant laquelle les animaux font la plupart de leurs rêves. De façon cyclique, ces périodes sont entrecoupées d'un sommeil dit « lent » pendant lequel l'animal change parfois de position mais sans avoir ces petits mouvements caractéristiques décrits plus haut. Parmi tous les animaux, le chat est celui dont le sommeil est le plus riche en phases « paradoxales » : il rêve près de 3 heures par jour (contre 1 heure et demi en moyenne pour les humains), soit environ 25% de sa période de sommeil quotidienne !

La santé passe aussi par le sommeil !

Pouvoir dormir tranquillement est vital pour le chat, comme pour tous les autres animaux. Votre ami compte donc sur vous pour que de petits endroits calmes, confortables, chauds et peu lumineux lui soient réservés dans la maison, afin qu'il puisse s'adonner en toute quiétude à son passe-temps favori. Ceci est d'autant plus important que des études ont montré que des chats privés de sommeil paradoxal pendant quelques semaines souffrent de graves troubles de la santé et peuvent mourir des suites de cette carence en rêves et en repos.



➢   L'âge de votre chat

Chat :     Age humain :

3 mois     6 ans
6 mois    10 ans
1 an        16 ans
2 ans       24 ans
3 ans       28 ans
4 ans       32 ans
5 ans       36 ans
6 ans       40 ans
7 ans       45 ans
8 ans       48 ans
9 ans       52 ans
10 ans     56 ans
11 ans     60 ans
12 ans     64 ans
13 ans     68 ans
14 ans     72 ans
15 ans     77 ans
16 ans     80 ans
17 ans     85 ans
18 ans     88 ans
19 ans     93 ans
20 ans     99 ans
21 ans     105 ans
22 ans     108 ans



➢   Déclaration Universelle des Droits de l'Animal

Préambule

Considérant que la Vie est une, tous les êtres vivants ayant une origine commune et s'étant différenciés au cours de l'évolution des espèces, Considérant que tout être vivant possède des droits naturels et que tout animal doté d'un système nerveux possède des droits particuliers, Considérant que le mépris, voire la simple méconnaissance de ces droits naturels provoquent de graves atteintes à la Nature et conduisent l'homme à commettre des crimes envers les animaux, Considérant que la coexistence des espèces dans le monde implique la reconnaissance par l'espèce humaine du droit à l'existence des autres espèces animales, Considérant que le respect des animaux par l'homme est inséparable du respect des hommes entre eux, il est proclamé ce qui suit :

Article premier- Tous les animaux ont des droits égaux à l'existence dans le cadre des équilibres biologiques. Cette égalité n'occulte pas la diversité des espèces et des individus.

Article 2- Toute vie animale a droit au respect.

Article 3 1- Aucun animal ne doit être soumis à de mauvais traitements ou à des actes cruels. 2- Si la mise à mort d'un animal est nécessaire, elle doit être instantanée, indolore et non génératrice d'angoisse. 3- L'animal mort doit être traité avec décence.

Article 4 1- L'animal sauvage a le droit de vivre libre dans son milieu naturel, et de s'y reproduire. 2- La privation prolongée de sa liberté, la chasse et la pêche de loisir, ainsi que toute utilisation de l'animal sauvage à d'autres fins que vitales, sont contraires à ce droit.

Article 5 1- L'animal que l'homme tient sous sa dépendance a droit à un entretien et à des soins attentifs. 2- Il ne doit en aucun cas être abandonné, ou mis à mort de manière injustifiée. 3- Toutes les formes d'élevage et d'utilisation de l'animal doivent respecter la physiologie et le comportement propres à l'espèce. 4- Les exhibitions, les spectacles, les films utilisant des animaux doivent aussi respecter leur dignité et ne comporter aucune violence.

Article 6 1- L'expérimentation sur l'animal impliquant une souffrance physique ou psychique viole les droits de l'animal. 2- Les méthodes de remplacement doivent être développées et systématiquement mises en œuvre.

Article 7- Tout acte impliquant sans nécessité la mort d'un animal et toute décision conduisant à un tel acte constituent un crime contre la vie.

Article 8 1- Tout acte compromettant la survie d'une espèce sauvage, et toute décision conduisant à un tel acte constituent un génocide, c'est à dire un crime contre l'espèce. 2- Le massacre des animaux sauvages, la pollution et la destruction des biotopes sont des génocides.

Article 9 1- La personnalité juridique de l'animal et ses droits doivent être reconnus par la loi. 2- La défense et la sauvegarde de l'animal doivent avoir des représentants au sein des organismes gouvernementaux.

Article 10- L'éducation et l'instruction publique doivent conduire l'homme, dès son enfance, à observer, à comprendre, et à respecter les animaux.


La Déclaration Universelle des Droits de l'Animal a été proclamée solennellement à Paris, le 15 octobre 1978, à la Maison de l'Unesco. Son texte révisé par la Ligue Internationale des Droits de l'Animal en 1989, a été rendu public en 1990.




Retourner à la page d'accueil